Antituning sur la mauvaise voie

Si l'on observe l'évolution des dernières années sur le marché de l'eBike, on peut déterminer une tendance claire : De plus en plus de gimmicks sont utilisés comme arguments en faveur de prix toujours plus élevés. Le client a tout au plus une valeur ajoutée disproportionnée. Il aime s'amuser et pour certains, la vitesse fait partie du plaisir. Avec les mesures anti-tuning prévues, cet amusement de la part des fabricants doit être évité.

Les arguments de l'industrie nous semblent très construits, puisqu'un eBike accordé ne fait rien qu'un pilote bien formé ne peut pas faire sans moteur. Alors pourquoi font-ils tant d'histoires ? Eh bien, on pourrait facilement répondre à la question si l'on examinait les conséquences évidentes et leurs profiteurs. Les S-Pedelecs sont plus chers et assurés.

Il est évident que le marché électronique est confronté à une nouvelle réglementation. Cela n'a rien à voir avec le tuning, mais avec le fait qu'il est devenu un marché de masse et que de nouveaux eMobiles arrivent sur le marché à des intervalles de plus en plus courts, de ePedal-Scooter à eSkateboard à eScooter, pour ne citer que quelques exemples. Le simple nombre crée à lui seul un besoin d'action possible. Nous avons décrit dans l'entrée précédente comment faire ceci pour les eBikes sportifs. D'autres options semblent ne servir que le désir de l'industrie et non celui du client.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator